Portraits et Book

Thomas Dufourneau - Photographies
ACCUEIL GALERIES INFORMATIONS CONTACT ACCES CLIENT LIENS
Up Galeries » Portraits » Modèles » Hanene Slideshow

photos-portrait-studio-Hanene_01
photos-portrait-studio-Hanene_02
photos-portrait-studio-Hanene_03
photos-portrait-studio-Hanene_04
photos-portrait-studio-Hanene_05
photos-portrait-studio-Hanene_06
photos-portrait-studio-Hanene_07
photos-portrait-studio-Hanene_08
photos-portrait-studio-Hanene_09
photos-portrait-studio-Hanene_10
photos-portrait-studio-Hanene_11
photos-portrait-studio-Hanene_12
photos-portrait-studio-Hanene_13
photos-portrait-studio-Hanene_14
photos-portrait-studio-Hanene_15
photos-portrait-studio-Hanene_16
photos-portrait-studio-Hanene_17
photos-portrait-studio-Hanene_18
photos-portrait-studio-Hanene_19
photos-portrait-studio-Hanene_20

20 Images | Aide
© 2008 Thomas Dufourneau - Tous droits réservés
























Book photo | Portraits de modèles | Thomas Dufourneau

Avant de commencer une séance de portrait, je pense d'abord à ne rien oublier et à ne pas être en retard. Je travaille la plupart du temps avec un reflex numérique. Mais, quand j'ai plus de temps, je peux tout à fait prendre un appareil argentique, un moyen-format 6x6. En général, je ne prends qu'un appareil et un objectif et je m'y tiens.

Concernant la personne que je vais photographier, Je ne me renseigne pas particulièrement, ce qui va compter, c'est l'instant de la rencontre. Dès les premiers instants, je vois ce qui me plaît ou me déplaît. Et tout se joue très vite, dès les premières photos, je me laisse aller aux sensations des premiers instants.

Pour moi, tout le monde est potentiellement photogénique. Tout dépend de la relation entre le modèle et le photographe. Un visage a toujours quelque chose à exprimer. Pour cela il doit percevoir les sensations qui émanent du modèle. C'est au photographe de saisir cet instant.
On cherche chez l'autre ce qui nous émeut et nous touche. Il faut faire en sorte qu'il se laisse aller, qu'il soit "juste" et j'en aime le moment où l'on engage un rapport avec le modèle, où l'on fait en sorte qu' "il" ou "elle" s'abandonne, où l'on pénètre l'intimité d'un visage, d'une silhouette.

La manière de photographier doit permettre de traduire une personnalité, C'est d'ailleurs ce qui me fascine dans la photographie de portrait.

"Toutes les photographies sont exactes, aucune n'est la vérité" disait Avedon.

Par ailleurs, il y a la fameuse théorie d’Avedon sur le combat que se livrent le photographe qui souhaite imposer son point de vue et le modèle qui a une idée précise de l'image qu'il veut donner. Le résultat est souvent une combinaison de ces deux aspirations.

Lorsque l'autre n'a pas envie de participer au jeu de la photo, le résultat s'en ressent. Il peut arriver aussi que le décor ne m’évoque rien, et que je n'ai pas d'inspiration.

Un "bon" portrait existe lorsque la connexion entre le photographe et son sujet fonctionne, c'est une photo sur laquelle on peut lire autre chose qu'un simple visage.

In fine, un bon portrait est celui qui pose une multitude de questions, mais qui n'appelle pas de réponses...